29 novembre 2010

La Conspiration du Lundi

Attention, les enfants, spécialement pour ce billet je vais quitter le ton caustique et déluré qui fait ma fierté et (presque) ma célébrité. Car le sujet que j'aborderais aujourd'hui est un sujet duquel même moi je ne saurais rire, alors pourtant que même le jour où Kaczynski s'est planté dans son Tupolev à deux balles, je me suis fendu la pêche. C'est vous dire à quel point ce dont je vais parler aujourd'hui est on ne peut plus horrible, moche, et pas propre. Chers fanatiques suivants de la religion de la Sainte Ironie, je ne tourne pas davantage autour de pot, cette ignominie est bien sûr...

LA CONSPIRATION DU LUNDI.
(d'où le titre)

N'as-tu jamais remarqué, jeune innocent qui me lis, comme chaque lundi...
... le temps semble soudain plus dégueulasse...
... les gens, plus distants...
... la télé, plus merdique...
... et la société en général, plus dangereuse ?

Non, jeune niais, tout cela n'est pas dans ton imagination. Ça, c'est qu'ILS veulent te faire croire. ILS ne tolèreraient pas que l'on sache qu'en réalité...

Le lundi est une invention diabolique destinée uniquement à faire chier le genre humain.

Comment expliquer, en effet, que :
On va tous crever, que j'vous dis.
- Les meurtres au moyen de batteurs électriques sont plus élevés le lundi que les autres jours de la semaine ?
- Les lettres de LUNDI peuvent composer le mot NUL, mot dont la valeur prophétique n'est plus à démontrer ? En effet, ne dit-on pas que les prophéties apocalyptiques sont toutes NULLES ?
- Les mayas, peuple extrêmement avancé s'il en est puisqu'ils pratiquaient le sacrifice d'humains et croyaient que les dieux voulaient les buter dès qu'il y avait une éruption volcanique, n'aient jamais rien dit au sujet du lundi ? Simple coïncidence ? Ou volonté de ne pas dévoiler une Vérité ô combien plus terrifiante ?
- La trêve de Dieu s'arrêtait précisément le lundi au matin ? Comme si même l'Église Catholique savait quelque chose !
- Le gouvernement français a récemment décidé de ne plus rendre férié le Lundi de Pentecôte ? Pourquoi ce jour férié-ci plutôt qu'un autre, sinon pour occuper la population aveugle afin qu'elle ne réfléchisse pas en ce jour maudit ?
- Les banques sont systématiquement fermées le lundi ? N'est-ce pas la preuve irréfutable de l'implication des nantis dans une vaste mystification dont nous n'avons pas idée ?
- J'ai encore paumé mes clés lundi dernier ? Mais qu'est-ce qu'il faut que je fasse, bordel ? Que je les attache à un foutu bloc de ciment ?

Il faut être clair : dans cette histoire, tout le monde est complice. Ceux qui savent, parce qu'ils n'en parlent pas, tout comme ceux qui ne savent pas, parce que ça les empêche pas d'en parler.

Ce genre de trucs pourraient tout aussi bien se produire un jeudi. Maiiiiis non...

Mais quelles sont les origines de cette malédiction ? Eh bien, chers lecteurs que je devine pendus à mes lèvres (à l'exception des deux p'tits salopiauds dans le fond que je vois occupés à regarder France 5, vous feriez mieux de vous cultiver, tiens !) , nous quittons là le continent des certitudes pour nous lancer avec hardiesse dans l'océan des supputations*. Certains grands manitous de certaines religions très importantes, que je ne nommerais pas ici pour ne pas faire de publicité gratuite au jansénisme, affirment que leurs recherches personnelles les ont amenés à soupçonner Dieu en personne.

Alors Lui aussi, Il commence à me courir.
Interrogés par nos soins, celui-ci nie toute implication. Selon Lui, il était occupé à raser Sodome et Gomorrhe à cette époque. Ah ça, comme par hasard, chaque fois qu'il y a une merde, Il était pas là ! T'étais où pendant la Seconde Guerre, hein, fils de hareng saur ?! T'étais où quand Brest est arrivé en tête de la Ligue 1 ?! Jus de réglisse, va, pacte-à-quatre.

Mais l'on murmure encore dans les coins les plus sombres de notre planète pourtant ronde que Dieu n'a effectivement rien à voir là-dedans. Je tiens en effet de source presque sûre qu'il existerait un Dieu au-dessus de Dieu, appelons-le Dieu². Hors donc, Dieu², étant comme Dieu mais en pire, Il se serait dit un beau jour comme ça, et puis de toutes façons Il avait sûrement rien de mieux à foutre : "Tiens, par le très saint nom de Moi au carré, je vais faire en sorte qu'un jour sur sept des pitoyables créatures qui me sont inféodées soit maudit, à commencer par l'autre Dieu, afin de lui montrer qui c'est qui commande." Ainsi serait donc apparue la Malédiction du Lundi. Ah ça, ça m'étonne pas. De toutes façons, c'est toujours pareil avec ces dirigeants à la con. Tu leur filerais un bouton rouge avec écrit en gros dessus "ne pas toucher sinon tout va péter" qu'ils sauteraient à pieds joints dessus, j'suis sûr.

Cette image n'a même pas été légendée correctement. Coïncidence ?
Une proche connaissance, spécialiste de la problématique eschatologique (il trie les légumes pourris chez Auchan), m'ouvrit également les yeux sur une autre possibilité. Comme il me le fit remarquer, "lundi" provient du latin Lunae dies, le jour de la Lune (en anglais Monday, qui provient de Moon Day). Hors, je vous le demande, quel symbole plus traditionnel de la féminité que la Lune ? C'est exact, vous tous qui me lisez (même toi, le vieux qui ronfle et qui fait des bulles avec ton nez) ! Les conspirateurs seraient en réalités conspiratrices ! Ce jour pourrait très bien faire partie du plan plusieurs fois millénaire des femmes pour emmerder les hommes !

Pour le cas où cette dernière hypothèse se révèlerait vraie, il importe de prendre tout de suite des mesures. Et je pense que la première mesure logique et responsable serait de concentrer toutes les femmes en un seul lieu surveillé afin de limiter leur potentiel de dangerosité. Chez moi, par exemple. Non, inutile de hausser les sourcils, ce sacrifice est pour moi parfaitement naturel.

Heum, bref, enfin bon.

Confronté à ces éléments irréfutables, un des membres des Sceptiques du Québec, dont je préserverais l'anonymat vu que j'ai pas noté son nom, nie l'évidence. Il déclare à ce sujet : "Ça va vraiment pas mieux, toi, hein ?...". Mais cela ne fait que démontrer son attachement servile à la version officielle (laquelle est, bien sûre, pleine d'incohérences).


* Cherchez-le sur une carte, ça doit pas être loin de Pétaouchnok.

21 novembre 2010

Mount & Blade, un jeu avec des Mount et pis des Blade




Un soir où je m'emmerdais ferme méditais sur la nature même de l'univers, m'est venue la réflexion suivante : "dis-moi, Sainte (oui, je m'appelle par mon petit nom, c'est parce que je me connais bien), ça fait un moment que tu nous bassines avec tes théories du complot, t'en as pas marre à la fin ?" Alors évidemment, je me suis répondu que oui, mais que je parle de quoi alors ? "Ben, bougre d'imbécile, parle donc un peu de jeux vidéos. T'étais pas sensé être un bon gros geek des familles ?" Oui alors, déjà, tu restes poli, hein, on a pas élevé les octets ensemble, ensuite "gros", c'est vachement subjectif. Enfin bon, tout ça pour dire, aujourd'hui, je vais parler d'un jeu vidéo. Qui s'appelle Mount & Blade. Oui, comme le titre de l'article, fascinante coïncidence, n'est-il pas ?


Un Yankee à la cour du Roi Arthur

Pour résumer le principe, Mount & Blade est un jeu sandbox (bac à sable pour nos amis anglophobes*) qui mêle action façon beat'em-all, RPG et même gestion. Originellement, ce jeu avait été créé sous forme de shareware par deux personnes, mari et femme, l'argent récolté par l'achat de la version complète servant à financer la suite du développement. Aujourd'hui, c'est un jeu tout aussi professionnel qu'un autre, vendu sur Steam, et qui a d'ailleurs généré une extension stand-alone du nom de Mount & Blade : Warband, qui ajoute entre autres une fonction multijoueurs. Mais moi j'm'en fous, j'suis très content avec ma version d'origine, en plus j'suis asocial.

Putain, on dirait Guy Fawkes, mais en moche.
Au lancement d'une nouvelle partie, le joueur est appelé à créer son propre avatar via un petit panneau rappelant celui d'Oblivion en plus modeste (quoique d'aucun dirait "en plus clair"). Il lui est posé quelques questions qui détermineront son profil de départ (noble appauvri, écuyer, marchand, etc.), son sexe, ainsi que les compétences qui seront (ou non) améliorées au sortir de la création de personnage. Il est parfaitement possible, cependant, de changer radicalement d'orientation en cours de jeu. A la fin de ce bref intermède, le joueur est propulsé dans la région de Calradia, pays médiéval et féodal où coexistent cinq royaumes fictifs quoiqu'inspirés de cultures réelles :
- Swadia, probablement la contrepartie culturelle de la France ou de l'Angleterre Médiévale
- les Nords, inspirés des Vikings (noooon ?)
- Le Khanat Khergit, qu'on devine tirés des Mongols, mais aussi des Turcs ottomans.
- Rhodoks, dont les cités et troupes ressemblent à celles des états italiens médiévaux.
- Vaegir, enfin, dont la culture semble inspirée par la Russie pré-Moscovite.

Bien évidemment, ces factions se foutent régulièrement sur la gueule, parfois sans but apparent, dans une vaste soupe politique dont le joueur avisé saura tirer profit.



The World is Yours... I just hope you know what to do with it

Disons-le tout net : Mount & Blade n'a pas de scénario. Passé le maigrichon background qui nous est octroyé à la création de perso, celui-ci n'évoluera pas davantage et n'aura pas vraiment d'autre utilité (on parle bien du background, hein). Mount & Blade est un jeu ouvert dans le plus pur sens du terme. Pas d'objectif fixé, pas de but précis, c'est au joueur de décider ce qu'il va faire.

I'm a poor lonesome no-life...
A quel royaume s'associer ? Faut-il servir son suzerain jusqu'au bout ou le trahir comme un malpropre dès que le vent commence à tourner ? Tout est affaire de choix, lesquels ne seront bien sûr pas sans conséquences (c'est fou ce que les gens sont rancuniers !). Il est aussi possible de jouer les mercenaires sans s'investir plus avant, combattant de-ci de-là avant de partir servir un autre maître. Autre option très amusante, il existe pour chaque royaume, en plus du dirigeant classique, un prétendant au trône auquel il est possible de s'associer, en l'aidant à renverser le tyranneau en place et en brandissant l'étendard de la guerre civile. Pour peu que le joueur ait augmenté (ou pas) sa capacité de persuasion, cette guerre pourra se mener l'épée au poing ou par le verbe, certains vassaux n'étant pas des plus loyaux (par contre, le souverain devra forcément être tué). 

Petit regret, il n'est pas possible dans le jeu classique de devenir soi-même roi. On devra se contenter de la vassalisation, et des quelques fiefs que l'on nous aura fourni... ou que l'on aura conquis par soi-même.

Montjoie ! Saint-Denis, et toutes ces conneries

Alors, nous voilà au milieu de nulle part, sur notre canasson, armé de pied en cap (pour peu qu'on n'ai pas répondu n'importe quoi aux questions de départ), aidés de quelques recrues obtenus dans les villages ou les tavernes, prêt à dérouiller ce qui se présente. Et les occasions de guerroyer ne manqueront, heureusement, pas.

Nous, cette bande de cons, mais fraternelle.
Bandits de grands chemins, déserteurs, armées ennemies, caravanes marchandes ou tout simplement les premiers pécores venus si tu n'as vraiment aucune morale, c'est tout une fourmilière d'ennemis potentiels qui vous attend sur la carte. En outre, si certains se contentent d'errer vaguement dans tous les sens, d'autres, par la magie d'une IA pas toujours présente (j'y reviendrais), suivent un comportement logique. On pourra ainsi observer des armées assiéger des forts, voire des cités ennemies, combats auxquels il sera évidemment possible de prendre part, mais aussi de voir des caravanes se faire harceler, des pedzouilles se liguer en bandes pour repousser des assauts de bandits (souvent sans succès) ...

Le système de combat est à ce sujet relativement classique, mais très efficace. Clavier + souris comme dans un bon vieux TPS, clic gauche pour frapper, clic droit pour parer (le mieux étant pour se faire de disposer d'un bouclier... C'est que c'est très pénible d'intercepter les flèches avec un bâton.), roulez jeunesse. Le bourrin de base sera ravi de constater que les développeurs ont prévu tout un tas d'armes différentes afin de  mieux supprimer son prochain : glaives, épées bâtardes, arcs, masses, arbalètes, cailloux, poignards,  fourches, couteaux de lancer, bâton, lances, etc. A cheval ou a pied, au contact ou à distance, on a largement de quoi s'éclater.

Rien de tel qu'un bon p'tit siège pour bien commencer la journée
Bon, bref, voilà notre premier combat engagé. J'espère que tu as su choisir ton adversaire avec discernement, que tu n'as pas attaqué à toi tout seul l'armée du roi, forte de 320 hommes. Si ? Écoute, tant pis, t'as qu'à fuir. Tes alliés se foutront de toi, mais bon. Ah, les ennemis t'ont déjà rattrapé ? Bah, c'est pas bien grave, dans Mount & Blade, tu ne peux pas mourir. Tu peux être capturé à la suite d'une défaite, te faire dépouiller d'une partie de tes biens et voir tes hommes passés au fil de l'épée, mais c'est tout. Ensuite de quoi, au bout d'un laps de temps plus ou moins long, tu finiras par t'échapper. Puis, tu retourneras à la ville la plus proche, recruter une nouvelle armée et déferler sur tes précédents vainqueurs en hurlant "VENGEANCE !" la bave aux coins des lèvres. Et puis, le cœur lourd d'une colère à nulle autre pareille, tu décideras que ce monde est pourri et qu'il est temps qu'il soit uni sous une seule bannière (la tienne, au pif), et tu rumineras tes plans diaboliques et malveillants dans ton sous-sol, rêvant chaque nuit que demain sera ton jour, mouarf arf arf. Ah, crois-moi, on est tous passés par là.

You found the chink in my armor, sir

Bon, maintenant c'est la partie où j'énumère les défauts du jeu pour faire croire que je suis objectif.

Tout d'abord, une chose que l'on remarque très vite au fil des combats, l'IA est TRÈS CONNE pourrait être meilleure. Combien de seigneurs ennemis ont refusés de se rendre, bien qu'à un contre 15 ? Combien de bandits ont continué de se battre sous une pluie torrentielle de flèches qui les laminaient tous, alors que n'importe quelle personne en possession d'un neurone se serait déjà barrée ? Et que dire de ses alliés qui assiègent des forts ennemis des mois durant quand ils pourraient simplement l'attaquer, sérieusement les mecs, il doit rester vingt pelés trois tondus, là-dedans, et vous êtes pas loin de 605 !

Toujours au sujet des combats, on constate rapidement la supériorité écrasante de la cavalerie sur toutes les autres troupes, déséquilibrant pas mal le jeu. Tout spécialement  avec les archers à cheval. C'est bien simple, avec 25 cavaliers, j'ai pu écraser des armées de plus de 80 hommes à pied en moins de huit minutes.(ce qui fait quand même un mort toutes les six secondes) . J'ignore si l'on peut réellement qualifier cela de défaut, puisque c'est en réalité un fait historique que durant le Moyen-Âge, les troupes montées étaient capables d'infliger des dégâts ridiculement élevés aux rangs adverses presque sans risques pour elles-mêmes. Et puis, admettons-le, c'est très rigolo de voir des paysans courir dans tous les sens avant de se faire emplafonner par la lance d'un cavalier (Pour la petite histoire, ils l'avaient parfaitement mérité : ils avaient essayé de me vendre une salade pour 50 denars. Bouseux.) .

Dans le même ordre d'idées, on pourra également citer des chargements trop longs et les occasionnels bugs, crashs et leurs amis.

Mod, mod, motus

Avec deux sabres-laser, ça rigole tout de suite moins.
Ouais, j'avoue, ce jeu de mots-là était vraiment pathétique. Enfin, je voulais juste mettre une petite section quelque part dans cet article pour signaler que Mount & Blade a apparemment une grande communauté de fans, et un gros paquet de mods disponibles un peu partout sur Internet, mais surtout . Et il y en a pour tous les goûts : simple refonte du gameplay, guerre civile russe, invasions scandinaves, Renaissance (avec armes à feu !), Chine de la Seconde Guerre Mondiale... Enfin, merde, y'a même un mod Star Wars ! Avec des sabres-laser, et tout ! J'pouvais quand même pas ne pas mentionner ça !

C'est les malades ! Ils sont revenus les malades !

En résumé, Mount & Blade est un jeu qui surprend tout d'abord par l'étendue des possibilités qu'il offre, ainsi que par sa patte graphique sympathique (bien que d'habitude, je m'en cogne complètement, vu que mon PC est tout pourri). Du combat à la gestion de fiefs entiers, en passant par les sièges, les tournois, les missions d'escorte (oh non, pas les missions d'escorte...), il est difficile de s'ennuyer. Et pour peu qu'on s'y laisse prendre, on peut facilement y passer des semaines.

En plus, il est à, genre, cinq euros sur Steam en ce moment.

* Soit dit en passant, si t'es vraiment allergique à l'anglais, tu vas être servi : le jeu est intégralement dans ce noble langage.

11 novembre 2010

Quel genre de sceptique es-tu ?

Voici un sympathique petit test que j'ai bricolé entre deux et trois heures du mat', ivre mort tout en écoutant Aqua et qui te permettra, à toi, cher lecteur aux yeux émerveillés (en supposant que tu sois sur la même tranche-horaire que moi, si t'es au Québec, y'a plus de chances qu'ils soient embués par la fatigue, m'enfin bon) de déterminer quelle forme de scepticisme tu as plutôt tendance à adopter face à l'irrationnel et aux croyances qui en découlent. Attention, ce test n'a absolument pas la moindre valeur pédagogique, et ça se voit.

1) Un Témoin de Jéhovah se présente à ta porte. Tu :
A) lui explique poliment que tu ne veux pas de ses croyances, acceptant s'il le faut de débattre brièvement avec lui.
B) fais semblant d'être pas là.
C) lui ouvre la porte complètement à poil, les cheveux longs et sales, et la stéréo jouant à fond "Necropedophilia" (Cannibal Corpse), avant de crier "Ben attendez ! Où allez-vous ?" lorsque ledit Témoin prend ses jambes à son cou.

2) Tu rencontres un scientologue à une fête/réunion/etc. Évidemment, il commence à déballer ses conceptions saugrenues de la psychiatrie, de la création de l'humanité, et à bourrer le mou à plusieurs personnes afin qu'elles passent des tests de personnalités. Tu :
A) lui démontres que Lafayette Ron Hubbard est un menteur et un mystificateur.
B) hausses les yeux au ciel et t'éloigne.
C) te présentes comme un servant de Xénu et lui annonce le retour imminent de ton maître inter-galactique.

3) Un voyant/médium/tarologue/whatever te propose de prédire ton avenir. Tu :
A) décline l'offre en lui disant que tu ne crois pas que l'avenir soit écrit.
B) l'ignore
C) prends tes jambes à ton cou en hurlant : "ET ÇA, TU L'AVAIS PRÉDIT ?!?"

4) En visite dans un hôpital, tu croises un partisan de la Nouvelle Médecine Germanique tentant d'embobiner des personnes malades dans ses histoires de bactéries qui n'existent pas et de maladies graves qu'on peut guérir par psychothérapie. A ton grand dam, les personnes présentes semble y adhérer. Tu :
A) tente de raisonner l'assistance en leur rappelant les dizaines de personnes mortes à cause d'Hamer et al.
B) peste intérieurement. Si les gens peuvent vraiment croire à des sottises pareilles, il n'y a vraiment plus grand-chose à espérer de l'avenir...
C) lui colles ton poing dans la gueule.

5) Un dimanche matin, tu croises un missionnaire évangéliste (décidément, t'as pas de bol) qui professe la littéralité de la Bible. Tous ceux qui ne la soutiennent pas sont dépourvus de morale ! Tu :
A) lui explique qu'il est parfaitement possible de ne pas suivre la Bible à la lettre, et même de ne pas avoir de religion, sans toutefois être immoral.
B) lui lance "Ah ouais ? Ben tes potes de la Grande Inquisition seront ravis de l'apprendre !" avant de continuer ton chemin.
C) lui demande poliment quelle est, selon lui, la meilleure façon de tuer les "enfants désobéissants" (tel qu'ordonné dans le Deutéronome 21:20-21 et le Lévitique 20:9), à quel tarif vendre sa fille comme esclave (tel qu'expliqué dans l'Exode 21:7-8),  et surtout comment s'y prendre pour frapper ses esclaves sans qu'ils ne meurent dans les deux jours (Exode 21:20-1), parce que, tu as beau faire, ils n'arrêtent pas de crever en moins de 24 heures à cause des hémorragies internes...

6) Le sort s'acharne ! Cette fois-ci, tu es assailli par un membre du 9/11 Truth Movement qui tient à t'éveiller à la Vérité. Tu :
A) demande pourquoi les conspirateurs se seraient embêtés à détourner des avions ET à placer des explosifs dans les Twin Towers, alors qu'une seule des méthodes aurait amplement suffit, sans risque supplémentaire d'éventer le complot.
B) lui rétorque que le "9/11 inside job" était à la mode il y a six ans, mais qu'il faudrait peut-être songer à changer de disque, à présent.
C) éclate de rire, avant de lui révéler qu'en réalité, il ne s'est rien produit le 11 septembre 2001, tout simplement parce que les Twin Towers n'ont jamais existé ! Toutes les photos et tous les films montrant le contraire étaient en fait truqués ! En fait, toute cette histoire a été inventée par le 9/11 Truth Movement pour se faire plein d'argent, sales collabos gouvernementaux qu'ils sont !

7) Quel est ton argument favori pour prouver que le Programme Apollo fut bien réel ?
A) La présence de miroirs spécifiquement placés par cette mission afin d'estimer, par laser, avec un grand degré de précision la distance Terre-Lune.
B) Si tout cela avait été falsifié, ça fait un moment que l'URSS aurait balancé les Américains, histoire d'attirer l'attention et de dé-crédibiliser les capitalistes, tovaritch !
C) L'argument Buzz.

Bon, maintenant, tu me fais le calcul de tous les A, B et C que tu as obtenu.

Si tu as une majorité de A :
Félicitations ! Tu es sans nul doute un sceptique positiviste. Très ouvert au débat, toujours partant pour expliquer tes vues mêmes au plus obtus des cons, et même pour discuter poliment avec un troll... C'est très bien tout ça !...
... Non, je déconne. En réalité, il y a beaucoup de chances que tu finisses bientôt par faire partie de la catégorie B.

Si tu as une majorité de B : 
Tu es un sceptique négativiste. Ce n'est pas une critique, hein. Il est probable que tu aies consacré une partie de ta vie a essayer d'endiguer l'irrationalité de tierces personnes, avant de te rendre compte que cela revenait à vider l'océan avec une fourchette. Et ça, c'est jamais bon pour le moral...

Si tu as une majorité de C :
Tu es un sceptique pragmatique ! Dans mes bras, camarade ! Tu as finalement réalisé que non seulement il est impossible d'empêcher les pigeons de se faire plumer, mais que la meilleure chose à faire est encore d'en rire (c'est toujours mieux que d'y participer !) ! Avec cette philosophie, tu gardes toujours la patate ! Ou tu en colles une aux autres, ça dépend.

8 novembre 2010

Toi aussi, deviens conspirationniste

Tu en as assez que personne ne fasse attention à toi ? Tu en as marre de n'avoir aucune popularité sous prétexte que tu n'as rien de spécial à dire ? Tu aimerais goûter aux joies de l'underground, mais être gothique t'as déjà tenté et c'était pas top ? Alors, toi aussi, suis ce guide et deviens conspirationniste !

Qu'est-ce qu'un conspirationniste ?
Bien que les expériences menées par le Centre d'Études du Conspirationniste (CEC) pour répondre à cette question n'ont pas encore été concluantes, l'hypothèse la plus vraisemblable veut que le conspirationniste soit un être humain comme toi et moi, mais surtout comme toi.

Mais le conspirationniste (ou conspiro, pour les intimes) se distingue avant tout de ses congénères par un trait bien précis : il sait. Que sait-il ? Eh bien, là encore, la science ne peut permettre de tirer la moindre conclusion définitive. L'étude de similitudes de comportements entre plusieurs membres de cette vaste quoique fort dispersée confrérie indique que le conspirationniste moyen sait que se trame des choses, autour de lui, que le quidam moyen est incapable (ou rendu incapable par quelque mystification) de voir. Un peu comme le schizophrène, si tu veux. Mais qu'importe, car là n'est pas l'important.

L'important est que le conspirationniste ne se contente pas de savoir. Altruiste par nature, il veut que les autres sachent. Surtout ceux que ça n'intéresse pas (les pauvres ne se rendent pas compte !...). Ainsi, le conspirationniste n'hésite jamais à déballer ses croyances sur tous les sites qu'il fréquente. Qu'importe si ce qu'il dit ne provoque que l'indifférence voire l'agacement de ses interlocuteurs. Le conspiro sait que le message doit malgré tout passer.

En fait, le conspirationnisme, c'est comme The Game, le fameux mème de 4chan : il faut que tout le monde y participe, mais personne ne peut gagner.

Comment doit se comporter un conspirationniste ?
Avant toute chose, un conspiro ne doit pas s'alourdir de concepts inutiles tels que celui du respect de l'opinion de l'autre. Après tout, l'autre à tort et ne le sait même pas. Quel âne !

Le conspiro intervient en règle générale sur des forums Internet, en particulier sur ceux qui n'ont rien à voir avec la nature de son message, ou qui sont susceptibles d'accueillir le moins de gens enclins à croire à sa Vérité.
Le conspiro écrit souvent très mal. C'est normal : il n'a pas de temps à perdre en bonne orthographe, la Vérité doit être diffusée au plus vite. En plus, l'Académie Française fait peut-être partie du GROCON, (acronyme de Grand et Redoutable Organisme pour le Contrôle Orwellien des Nations, je ne devrais pas avoir à le répéter, ça !) alors sait-on jamais.
De même, le conspirationniste ne s'embarrasse qu'exceptionnellement des règles d'usage du forum qu'il squatte. Pour lui, il est tout à fait naturel et parfois même crucial de se contenter de copier-coller des pages internet entières en guise de réponse, d'écrire intégralement en majuscules, d'ouvrir plusieurs sujets sur le même thème, de traiter ses interlocuteurs avec condescendance (voire avec mépris), etc.

Le conspirationniste raconte souvent que le Grand Jour arrivera bientôt où lui et les siens seront reconnus comme les sauveurs et les libérateurs qu'ils sont en réalité, semblable en cela à son cousin le Témoin de Jéhovah lorsqu'il affirme que le jour arrivera bientôt où Dieu mettra l'univers sur OFF.
Souvent, le conspiro, excédé que l'obstruction de ses opposants les empêche de voir la supériorité évidente de sa Vérité, menacera de partir du forum. Le plus souvent, il s'agit en fait d'une technique très rusée pour pousser ses adversaires à lui prêter plus d'attention. Malheureusement, cela ne marche jamais.


Y'a-t-il un âge pour un être conspirationniste ?
Oh, non, les conspirationnistes n'ont pas d'âge.
Dans tous les sens du terme.

Où se retrouvent les conspirationnistes ?
Parfois, le conspiro cherche des amis. La définition de l'amitié est quelque peu plus complexe pour le conspirationniste que pour le quidam moyen. En effet, un conspiro considérera immédiatement comme ami toute personne n'ayant pas le culot de penser qu'il peut avoir tort. Ce procédé, tout en rendant plus grégaires les conspiros, n'aide toutefois pas à la reproduction de ceux-ci.

Le conspirationniste peut ainsi trouver une bonne compagnie en plusieurs forums :
  • Onnouscachetout, forum empli de personnes plus saines d'esprit les unes que les autres
  • Et bien sûr l'Église de ReOpen911, toujours désireuse de recueillir davantage d'adeptes pour propager sa Vérité et acheter ses produits dérivés*.
Au cas très rare où le conspiro sait parler anglais, il peut également chercher du côté de :
  • PrisonPlanet, site du très raisonnable Alex Jones et fier porteur du chapeau d'aluminium.
  • TheOnion, car il arrive que le conspirationniste, passablement étourdi, croie qu'il s'agit d'un site sérieux.
Bon, mais quand est-ce qu'on agit, alors ?
Ah-ah, petit naïf, tu n'as rien compris ! Le but du conspirationnisme n'a jamais été d'agir ! En effet, le GROCON est tout-puissant, et l'armée, la police, les pompiers, les juges ainsi que les journalistes et même les baraques à frites roulent pour lui. L'Organisme peut qui plus est, compter sur le soutien aveugle de la populace, qui ne se rend même pas compte qu'il existe (les sots) ! A quoi bon, dès lors s'opposer ouvertement à Eux ?

Non, non, jeune apprenti conspiro, contente-toi de spammer la Vérité partout où tu peux sur Internet, de faire ta petite prière hebdomadaire devant chaque nouvelle vidéo de Richard Gage et de montrer à tout le monde à quel point tu sais. Cela sera amplement suffisant avant l'arrivée du Grand Jour. Car le Grand Jour arrive !... Bientôt !...
... Très bientôt !



... par pitié, faites que ce soit bientôt...


* Je conseille d'ailleurs le magnifique T-shirt pour chien "9/11 False Flag Operation", très chic, le mug "Pack of Lies", pour que même votre café soit un vrai rebelle qui dénonce, ainsi que la casquette "9/11 was an inside job", pour avoir la classe lors des tea party.

4 novembre 2010

Tue tes parents

Une jolie chanson pleine de bon sens, d'espoir et de psychopathie, destinée aux générations futures.

video

Et voici les gentilles paroles, rien que pour toi petit n'enfant émerveillé dont je me demande comment tu as atterri ici.

Quand ton moral est à zéro
Si t'es malade s'il fait pas beau
T'aimerais pouvoir bien t'amuser
Sans être obliger de te droguer
Mais pour se marrer il faut des sous
ou des amis mais toi t'as wallou
Alors petit suis mon conseil
pour t'éclater si t'as pas d'oseille

Tue tes parents, tue tes parents
tue tes parents, tu verras c'est marrant
tue tes parents, tue tes parents
tue tes parents, avant que t'ai 18 ans

Si tu trouves que la vie est dure
Sois sympa ne brûle pas ma voiture
Toute cette fumée ça va polluer
et c'est mal d'embêter les pompiers
Alors plutôt que de boire de l'alcool
D'acheter du shit ou sniffer de la colle
Ne parle pas aux inconnus
Arrête de trainer dans les rues

Tue tes parents, tue tes parents
tue tes parents tu verras ça détend
Tue tes parents, tue tes parents
tue tes parents ça détend

Tue tes parents, tue tes parents
tue tes parents, tu verras ça détend
Tue tes parents, tue tes parents
tue tes parents, tu verras ça détend


Bon courage pour te l'enlever de la tête, à présent.